Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL COLOPHON

Puget

La famille Puget est une dynastie de facteurs d'orgues de Toulouse, fondée par Théodore Puget (1799-1883) vers 1840. à Montréal- sur-Aude,Théodore Puget s'installe à Toulouse en 1834 après avoir appris l'art de la facture d'orgue auprès de Prosper-Antoine Moitessier organier à Montpellier. Il construit ou reconstruit plusieurs instruments célèbres dans le Sud Ouest. Il prend sa retraite en 1877 et c’est son fils Eugène Puget (1838-1892) qui reprendra l'atelier. Après sa mort, son frère Jean-Baptiste Puget (1849-1940) lui succéda (il n’a jamais utilisé son propre nom, mais s’appelait lui-même «Théodore»). Son fils, Maurice Puget (1894- 1960) prend la relève en 1922 et sera le dernier représentant de la dynastie. À sa mort en 1960, l’entreprise ferma définitevement ses portes. En 1912, la manufacture d’orgues avait construit 180 nouveaux orgues et travaillé sur plus de 350 autres orgues. Leur travail est principalement localisé dans la région toulousaine, mais Jean-Baptiste Puget a également été actif à Paris, notamment au début du XXe siècle.
Saint-Charles-de-Monceau (1909) Orgues de Paris construits par les Puget Chapelle des soeurs du Saint-enfant Jésus (1895) Saint-Etienne-du-Mont Orgue de choeur (1902) Eglise Protestante Unie -Belleville (1908) Saint-Charles-de-Monceau (1909) Notre Dame d'espérance (1910) (?) Théatre des Champs-Elysées (1912)
Théodore - Eugène - Jean-Baptiste - Maurice
Les orgues de Paris

Puget

ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt COLOPHON
La famille Puget est une dynastie de facteurs d'orgues de Toulouse, fondée par Théodore Puget (1799-1883) vers 1840. à Montréal- sur-Aude,Théodore Puget s'installe à Toulouse en 1834 après avoir appris l'art de la facture d'orgue auprès de Prosper-Antoine Moitessier organier à Montpellier. Il construit ou reconstruit plusieurs instruments célèbres dans le Sud Ouest. Il prend sa retraite en 1877 et c’est son fils Eugène Puget (1838-1892) qui reprendra l'atelier. Après sa mort, son frère Jean-Baptiste Puget (1849-1940) lui succéda (il n’a jamais utilisé son propre nom, mais s’appelait lui-même «Théodore»). Son fils, Maurice Puget (1894- 1960) prend la relève en 1922 et sera le dernier représentant de la dynastie. À sa mort en 1960, l’entreprise ferma définitevement ses portes. En 1912, la manufacture d’orgues avait construit 180 nouveaux orgues et travaillé sur plus de 350 autres orgues. Leur travail est principalement localisé dans la région toulousaine, mais Jean-Baptiste Puget a également été actif à Paris, notamment au début du XXe siècle.