Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2024 Vincent Hildebrandt ACCUEIL LES ORGUES

Autres facteurs d’orgue

du 19-21ème siècle

1-2-3

Muhleisen Pels-Dhondt (Herselt, Belgique). Jean-Baptiste D’Hondt a fondé une petite entreprise de facture d’orgues en 1892 près de Bruxelles. Au milieu du XXe siècle, son entreprise fusionna avec celle de Bernard Pels, descendant d'une dynastie de facteurs d'orgues (fondée par Bernard Pels I en 1870), située à Alkmaar, aux Pays-Bas. Depuis 1987, la directioon est assurée par Gérard Pels. Il est la quatrième génération des deux familles. Après la construction d'un certain nombre d’orgues neufs, la firme s'est spécialisée dans la restauration des orgues du XVIe au XXe siècle. Il ont travaillé sur les orgues de Eglise du coeur eucharistique de Jésus (1947) et a reconstruit l'orgue de Saint- Joseph-des-épinettes (2014) Rieger Jean Ruche (1870-1940) et son fils Edouard (1902-1952) de Lyon s’établirent comme facteurs d’orgues à Lyon en 1920. En 1932, les feux frères créèrent une coopérative avec les facteurs A. Dunand, Durand, Guironnet qui aboutit à la création d’une SARL Ruche en 1932. Charles Meslé ((1914-2011), oncle du facteur Jean-Marc Cicchero, fut alors l’harmoniste de cette entreprise et c’est lui qui repris la firme après la mort d'Edouard en 1952. La firme a fermé en 1979. Il a construit l'orgue de la Chapelle des Franciscaines réparatrices de Jésus Hostie (1973). Pierre Sarelot (1930-2010) et Louis Benoist (1931-2023) étaient facteurs d'orgues au Mans (Laigné-en-Belin). De1968 à 1995 , ils firent principalement des travaux de relevage et de restauration. Ils ont travaillé sur l'orgue de la Chapelle des pères Franciscains and the Eglise de L'immaculée conception . La firme a été reprise par Jean-Pierre Conan (1952-2023) et fermée en 2010. Georges Schwenkedel (1885-1958) a d'abord travaillé pour la Maison Roethinger, puis pour l’éphémére Maison Zann située à Strasbourg-Bischheim. En 1924, il créa sa propre manufacture à Strasbourg- Koenigshoffen. Il acquis une vision très personnelle du "néo-classicisme". Sensibilisé aux arguments esthétiques avancés par la Réforme alsacienne de l'Orgue (Emile Rupp, promus par Albert Schweitzer et mis en pratiques par Roethinger), il affirma son style dès les premiers opus, en pratiquant une évolution du romantisme très personnelle. Son fils Curt a rejoint la société, qu’il reprit en 1957 il évolua rapidement vers le style nordique, pratiquant l’harmonisation à « plein-vent ». La maison Schwenkedel a fermé ses portes en 1974, suite à de graves difficultés financières, après avoir livré environ 200 opus (160 en 1960). Un orgue neuf construit par Kurt Schwenkedel est situé à Eglise Protestante Unie de Passy Annonciation (1973). Lire plus Yves Sévère (1929-2004) fut le gendre et l'élève de Pierre Chéron, dont il reprit l’atelier en 1963. Résolument tourné vers des techniques contemporaines de facture d’orgues, il mit en pratique des idées novatrices qui font de ces orgues des instruments très originaux. Chapelle des pères Franciscains ( 19xx). Xavier Silbermann a travaillé à Schwenkedel jusqu'en 1958 et a poursuivi ses activités en s’installant à son compte. Il a construit 42 orgues neufs et a restauré ou agrandi 23 autres instruments. Il a travaillé sur l'orgue de la Chapelle du couvent des Dominicains (1985).
Les frères Steinmetz ont acquis leurs compétences au sein de la Maison Schwenkedel ils furent harmonistes. Ils ont fondé leur propre entreprise en 1968 à Herrlisheim (67). ils ont assuré l'entretien de nombreux instruments qu'avait construits Kurt Schwenkedel. A Pairs, ils ont construit l'orgue de Saint-Gabriel (1982). Chrétien Steinmetz (1938-2023) et à Weitbruch en Alsace. A l'age de 14 ans, il est entré chez Curt Schwenkedel. très doué pour l'harmonie, il fut harmoniste de cette Maison après son apprentissage et alla ensuite se perfectionner chez Muhleisen, avant de s'établir à son compte avec ses frères Laurent et Antoine à Herrlisheim. Jean-Pierre Korwin-Swiderski (1940-2023) se révèle très tôt passionné d'orgues et de « chemin de fer » et tous ces mécanismes qui exacerbent la curiosité des vrais techniciens. A la tribune de Notre-Dame d'Auteuil, il fréquente régulièrement !'organiste et compositeur Henri Veyssere. A celle de Saint- Vincent-de-Paul, c'est Ie passionné en facture d'orgues, Robert Camus qui Ie fait entrer chez Kurt Swenkedel à Strasbourg en 1965. Il est apprécié en qualité d'harmoniste pour s'intéresser en 1971 à la renaissance de l'orgue de la cathédrale Saint-Pierre de Saint-Flour, la reconstruction de l'orgue de Sainte-Marie de Saint-Bertrand de Comminges et l'orgue de I' Abbaye Sainte- Scholastique à Dourgne (Tarn). En 1994 il obtient en sous- traitance Ie marché d'harmonie pour la restauration des grandes orgues Saint-Roch. Artisan indépendant, il exerce son métier pour l'entretien de plusieurs orgues parisiennes et reprend à ce titre la clientèle du facteur Jacques Barbéris. Il cesse progressivement ses activités entre 2010 et 2015. Il est fait Chevalier des Arts et des Lettres Ie 12 mars 2019. A Paris, Il a travaillé sur les orgues de la Chapelle de l’Hôpital Lariboisière , Chapelle du Lycée Jacques-Decour , Chapelle Notre- Dame du bon conseil , Eglise Protestante Unie de Pentemont Luxembourg - Chapelle du Luxembourg , Notre-Dame d’Auteuil , Saint-Eloi , Saint-Jean-Baptiste de Belleville , Saint-Roch (Chapelle de la Vierge) , Saint-Sulpice . L’abbé Victor Joseph Henri Tronchet (1861-1945) était prêtre et probablement facteur d’orgues amateur. Il a créa son entreprise à Nogent-le-Rotrou en 1887. Il a joué un rôle important dans la construction des orgues de la Sarthe et des environs. Son neveu André (?? - 1969) a continué à l’expansion de la firme à partir de 1928. Il a construit l'orgue de N otre-Dame du Liban (1910) Henry Willis & Son a été fondé en 1845 par Henry Willis. La firme a été dirigée par cinq générations jusqu'en 1997, date à laquelle Henry Willis IV a pris sa retraite et David Wyld a été nommé directeur général. La société Willis est considérée comme le principal facteur d’orgues de l’ère victorienne. Pendant la révolution industrielle, de nombreuses villes se sont dotées d'imposants hôtels de ville et d'églises, bien souvent construits par Willis. Il a travaillé sur l'orgue de Saint-Joseph's Catholic Church.
after the revolution after the revolution
Les orgues de Paris

Autres facteurs d’orgue

du 19-21ème siècle

1-2-3

ORGUES DE PARIS © 2024 Vincent Hildebrandt LES ORGUES
after the revolution after the revolution
Muhleisen Pels-Dhondt (Herselt, Belgique). Jean-Baptiste D’Hondt a fondé une petite entreprise de facture d’orgues en 1892 près de Bruxelles. Au milieu du XXe siècle, son entreprise fusionna avec celle de Bernard Pels, descendant d'une dynastie de facteurs d'orgues (fondée par Bernard Pels I en 1870), située à Alkmaar, aux Pays-Bas. Depuis 1987, la directioon est assurée par Gérard Pels. Il est la quatrième génération des deux familles. Après la construction d'un certain nombre d’orgues neufs, la firme s'est spécialisée dans la restauration des orgues du XVIe au XXe siècle. Il ont travaillé sur les orgues de Eglise du coeur eucharistique de Jésus (1947) et a reconstruit l'orgue de Saint-Joseph- des-épinettes (2014) Rieger Jean Ruche (1870-1940) et son fils Edouard (1902-1952) de Lyon s’établirent comme facteurs d’orgues à Lyon en 1920. En 1932, les feux frères créèrent une coopérative avec les facteurs A. Dunand, Durand, Guironnet qui aboutit à la création d’une SARL Ruche en 1932. Charles Meslé ((1914-2011), oncle du facteur Jean-Marc Cicchero, fut alors l’harmoniste de cette entreprise et c’est lui qui repris la firme après la mort d'Edouard en 1952. La firme a fermé en 1979. Il a construit l'orgue de la Chapelle des Franciscaines réparatrices de Jésus Hostie (1973). Pierre Sarelot (1930-2010) et Louis Benoist (*1931) étaient facteurs d'orgues au Mans (Laigné-en-Belin). De1968 à 1995 , ils firent principalement des travaux de relevage et de restauration. Ils ont travaillé sur l'orgue de la Chapelle des pères Franciscains and the Eglise de L'immaculée conception . La firme a été reprise par Jean- Pierre Conan (* 1952) et fermée en 2010. Georges Schwenkedel (1885-1958) a d'abord travaillé pour la Maison Roethinger, puis pour l’éphémére Maison Zann située à Strasbourg- Bischheim. En 1924, il créa sa propre manufacture à Strasbourg- Koenigshoffen. Il acquis une vision très personnelle du "néo- classicisme". Sensibilisé aux arguments esthétiques avancés par la Réforme alsacienne de l'Orgue (Emile Rupp, promus par Albert Schweitzer et mis en pratiques par Roethinger), il affirma son style dès les premiers opus, en pratiquant une évolution du romantisme très personnelle. Son fils Curt a rejoint la société, qu’il reprit en 1957 il évolua rapidement vers le style nordique, pratiquant l’harmonisation à « plein-vent ». La maison Schwenkedel a fermé ses portes en 1974, suite à de graves difficultés financières, après avoir livré environ 200 opus (160 en 1960). Un orgue neuf construit par Kurt Schwenkedel est situé à Eglise Protestante Unie de Passy Annonciation (1973). Lire plus Yves Sévère (1929-2004) fut le gendre et l'élève de Pierre Chéron, dont il reprit l’atelier en 1963. Résolument tourné vers des techniques contemporaines de facture d’orgues, il mit en pratique des idées novatrices qui font de ces orgues des instruments très originaux. Chapelle des pères Franciscains ( 19xx). Xavier Silbermann a travaillé à Schwenkedel jusqu'en 1958 et a poursuivi ses activités en s’installant à son compte. Il a construit 42 orgues neufs et a restauré ou agrandi 23 autres instruments. Il a travaillé sur l'orgue de la Chapelle du couvent des Dominicains (1985). Les frères Steinmetz ont acquis leurs compétences au sein de la Maison Schwenkedel ils furent harmonistes. Ils ont fondé leur propre entreprise en 1968 à Herrlisheim (67). ils ont assuré l'entretien de nombreux instruments qu'avait construits Kurt Schwenkedel. A Pairs, ils ont construit l'orgue de Saint-Gabriel (1982). Chrétien Steinmetz (1938-2023) et à Weitbruch en Alsace. A l'age de 14 ans, il est entré chez Curt Schwenkedel. très doué pour l'harmonie, il fut harmoniste de cette Maison après son apprentissage et alla ensuite se perfectionner chez Muhleisen, avant de s'établir à son compte avec ses frères Laurent et Antoine à Herrlisheim. Jean-Pierre Korwin-Swiderski (1940-2023) se révèle très tôt passionné d'orgues et de « chemin de fer » et tous ces mécanismes qui exacerbent la curiosité des vrais techniciens. A la tribune de Notre- Dame d'Auteuil, il fréquente régulièrement !'organiste et compositeur Henri Veyssere. A celle de Saint-Vincent-de-Paul, c'est Ie passionné en facture d'orgues, Robert Camus qui Ie fait entrer chez Kurt Swenkedel à Strasbourg en 1965. Il est apprécié en qualité d'harmoniste pour s'intéresser en 1971 à la renaissance de l'orgue de la cathédrale Saint- Pierre de Saint-Flour, la reconstruction de l'orgue de Sainte-Marie de Saint-Bertrand de Comminges et l'orgue de I' Abbaye Sainte- Scholastique à Dourgne (Tarn). En 1994 il obtient en sous-traitance Ie marché d'harmonie pour la restauration des grandes orgues Saint- Roch. Artisan indépendant, il exerce son métier pour l'entretien de plusieurs orgues parisiennes et reprend à ce titre la clientèle du facteur Jacques Barbéris. Il cesse progressivement ses activités entre 2010 et 2015. Il est fait Chevalier des Arts et des Lettres Ie 12 mars 2019. A Paris, Il a travaillé sur les orgues de la Chapelle de l’Hôpital Lariboisière , Chapelle du Lycée Jacques-Decour , Chapelle Notre-Dame du bon conseil , Eglise Protestante Unie de Pentemont Luxembourg - Chapelle du Luxembourg , Notre-Dame d’Auteuil , Saint-Eloi , Saint-Jean- Baptiste de Belleville , Saint-Roch (Chapelle de la Vierge) , Saint-Sulpice . L’abbé Victor Joseph Henri Tronchet (1861-1945) était prêtre et probablement facteur d’orgues amateur. Il a créa son entreprise à Nogent-le-Rotrou en 1887. Il a joué un rôle important dans la construction des orgues de la Sarthe et des environs. Son neveu André (?? - 1969) a continué à l’expansion de la firme à partir de 1928. Il a construit l'orgue de N otre-Dame du Liban (1910) Henry Willis & Son a été fondé en 1845 par Henry Willis. La firme a été dirigée par cinq générations jusqu'en 1997, date à laquelle Henry Willis IV a pris sa retraite et David Wyld a été nommé directeur général. La société Willis est considérée comme le principal facteur d’orgues de l’ère victorienne. Pendant la révolution industrielle, de nombreuses villes se sont dotées d'imposants hôtels de ville et d'églises, bien souvent construits par Willis. Il a travaillé sur l'orgue de Saint-Joseph's Catholic Church.