Les orgues de Paris
ORGUES DE PARIS © 2018 Vincent Hildebrandt ACCUEIL COLOPHON

Autres facteurs d’orgue

du 19-20ème siècle

1-2-3

Michel Alcouffe, en 1941, s’est formé auprès de Muhleisen, Gonzalez et Chéron. Il s’installa à son compte à Tours puis déménagea en Australie après ses démêlés avec Georges Danion sur le chantier de la cathédrale de Soisson. Eglise Protestante Unie Port-Royal Quartier Latin - Temple de Port-Royal (1977) Alexandre : Aucunes données trouvées sur ce facteur d'orgues. Deuxième Eglise du Christ Scientiste (1942) Paul Anneessens (1917-1976). La famille belge Anneessens a été active pendant presque un siècle et demi en tant que facteur d’orgues (1830-1976) en Belgique et dans les pays francophones. Son fondateur, Pierre-Hubert, de père chirurgien, se dirige vers la facture d’orgues et est formé par Johannes Stéphanus Smets. Paul II Anneessens (1971-1976) était la quatrième génération. En 1948, il a repris l'entreprise. Après sa mort soudaine en 1976, l'entreprise a été reprise par la famille Andriessen. Chapelle de Franciscains Missionaires de Marie (1975) Louis Béasse était un employé de Cavaillé-Coll (son père Modeste a également travaillé à Cavaillé-Coll de 1853 à 1892) et a fondé sa propre entreprise au début en 1892 avec l’aide de son père qui était spécialiste de la construction des sommiers chez Cavaillé et de son frère qui était harmoniste chez Cavaillé. Il a travaillé sur l’orgue de St. André de l’Europe . Rudolf von Beckerath (1907-1976) était un facteur allemand issu d’un père peintre et d’une mère pianiste. Très vite, il se passionne pour la facture d’Arp Schnitger et rentre en apprentissage de Victor Gonzalez et devient son associé de 1931 à 1935. Dans les années 50 et 60, la société Beckerath est devenue pionnière du mouvement de la réforme de l’orgue, appelée « Orgelbewegung » en Amérique du Nord et en Europe du Nord, particulièrement en RFA. Parallèlement, Rudolf von Beckerath s’est adonné à la restauration d’instruments historiques, dont les célèbres Arp Schnitger de Steinkirchen (St-Martin et Nicolas), Cappel (St-Pierre et Paul) et Mariana au Brésil. Eglise Américaine (1988). Louis Benoist (* 1931) et Pierre Sarelot (1930-2010). Après leur formation faite auprès des facteurs Gonzalez, Chéron, Hartmann et Boisseau, ils créèrent une entreprise au Mans (Laigné-en-Belin) de 1968 à 1995 et effectuaient principalement des travaux de restauration. Ils ont travaillé sur l'orgue de la Chapelle des pères Franciscains et l’Eglise de L'immaculée conception . La firme a été reprise par Jean-Pierre Conan (* 1952) et fermée en 2010. Daniel Birouste (* 1956) fut apprenti chez Alfred et Daniel Kern. Ce dernier créa sa propre entreprise en 1979. Il travaille à la fois en Espagne et en France. Il est spécialisé dans les restaurations d'orgues construits dans la seconde moitié du XIXème siècle et au début du XXème siècle. À Paris, il construit un nouvel grand orgue à Saint-Pierre-de-Chaillot (1993) et travailla sur les orgues de Notre- Dame-de-la-Croix et Saint-Odile . Antoine Bois (* 1953), fut formé par son père (Georges, 1912- 2000)qui était associé avec Willy Meurer, et Alain Sals. Il prit la tête de la société en 1980 (jusqu'en 2014), créée par son grand-père (Mathias, 1883-1955). en 1929. Cette dernière était établie à Orbey (68). Ses activités comprennent la restauration d'instruments historiques et la construction de nouveaux instruments mécaniques. Il a construit l'orgue de Notre-Dame de Lourdes (1993). Jean Bourgarel (* 1933) fut apprenti chez Victor Gonzales de 1953 à 1960. En 1962, il créa sa propre société à Moissey, en collaboration avec Philippe Hartmann (1928-2014). La société ferme en 1998. Il travailla sur l'orgue du Temple de Pentemont (1967). Hubert Brayé (* 1965) fut apprenti chez Christian Guerrier à Willer (68). Il a créa son entreprise en 2000, établie à Mortzwiller (68). Ses activités incluent la restauration et / ou la (re) construction d'instruments de différents styles et traction (mécanique ou pneumatique). Il a travaillé à l'orgue de Notre-Dame-de-la-Croix (2010). Pierre Chéron (1914-1999) a fondé une entreprise en 1945 après avoir acquis ses compétences dans l'atelier de Victor Gonzalez. En 1963, il ferme son entreprise (Yves Sévère poursuit son travail) pour devenir artisan indépendant. Il a adopté une approche archéologique de la restauration des instruments historiques, en particulier sur ceux de Clicquot. Saint-François-Xavier - orgue de la chapelle de la Sainte-vierge (1955) Patrick Collon (* 1942) s’est formé en Autriche et en Allemagne. En 1966, il fonda sa propre entreprise à Bruxelles. À partir de 1980, son entreprise s'appelle Manufacture d'Orgues de Bruxelles. Saint-George's Anglican Church (1980) Edmond Costa (1910-1993) fut apprenti chez Cavaillé-Coll et Convers. Il a fondé sa propre entreprise avec Louis Duval en 1938 et a souvent travaillé avec / pour l'entreprise Gonzalez; cette dernière a repris son entreprise en 1972. Il a travaillé sur l'orgue de Saint-Joseph-des-Nations . next
Les orgues de Paris

Autres facteurs d’orgue

du 19-20ème siècle

1-2-3

ORGUES DE PARIS 2.0 © Vincent Hildebrandt COLOPHON
Michel Alcouffe, en 1941, s’est formé auprès de Muhleisen, Gonzalez et Chéron. Il s’installa à son compte à Tours puis déménagea en Australie après ses démêlés avec Georges Danion sur le chantier de la cathédrale de Soisson. Eglise Protestante Unie Port-Royal Quartier Latin - Temple de Port-Royal (1977) Alexandre : Aucunes données trouvées sur ce facteur d'orgues. Deuxième Eglise du Christ Scientiste (1942) Paul Anneessens (1917-1976). La famille belge Anneessens a été active pendant presque un siècle et demi en tant que facteur d’orgues (1830-1976) en Belgique et dans les pays francophones. Son fondateur, Pierre-Hubert, de père chirurgien, se dirige vers la facture d’orgues et est formé par Johannes Stéphanus Smets. Paul II Anneessens (1971-1976) était la quatrième génération. En 1948, il a repris l'entreprise. Après sa mort soudaine en 1976, l'entreprise a été reprise par la famille Andriessen. Chapelle de Franciscains Missionaires de Marie (1975) Louis Béasse était un employé de Cavaillé-Coll (son père Modeste a également travaillé à Cavaillé-Coll de 1853 à 1892) et a fondé sa propre entreprise au début en 1892 avec l’aide de son père qui était spécialiste de la construction des sommiers chez Cavaillé et de son frère qui était harmoniste chez Cavaillé. Il a travaillé sur l’orgue de St. André de l’Europe . Rudolf von Beckerath (1907-1976) était un facteur allemand issu d’un père peintre et d’une mère pianiste. Très vite, il se passionne pour la facture d’Arp Schnitger et rentre en apprentissage de Victor Gonzalez et devient son associé de 1931 à 1935. Dans les années 50 et 60, la société Beckerath est devenue pionnière du mouvement de la réforme de l’orgue, appelée « Orgelbewegung » en Amérique du Nord et en Europe du Nord, particulièrement en RFA. Parallèlement, Rudolf von Beckerath s’est adonné à la restauration d’instruments historiques, dont les célèbres Arp Schnitger de Steinkirchen (St-Martin et Nicolas), Cappel (St-Pierre et Paul) et Mariana au Brésil. Eglise Américaine (1988). Louis Benoist (* 1931) et Pierre Sarelot (1930-2010). Après leur formation faite auprès des facteurs Gonzalez, Chéron, Hartmann et Boisseau, ils créèrent une entreprise au Mans (Laigné-en-Belin) de 1968 à 1995 et effectuaient principalement des travaux de restauration. Ils ont travaillé sur l'orgue de la Chapelle des pères Franciscains et l’Eglise de L'immaculée conception . La firme a été reprise par Jean-Pierre Conan (* 1952) et fermée en 2010. Daniel Birouste (* 1956) fut apprenti chez Alfred et Daniel Kern. Ce dernier créa sa propre entreprise en 1979. Il travaille à la fois en Espagne et en France. Il est spécialisé dans les restaurations d'orgues construits dans la seconde moitié du XIXème siècle et au début du XXème siècle. À Paris, il construit un nouvel grand orgue à Saint-Pierre-de-Chaillot (1993) et travailla sur les orgues de Notre- Dame-de-la-Croix et Saint-Odile . Antoine Bois (* 1953), fut formé par son père (Georges, 1912- 2000)qui était associé avec Willy Meurer, et Alain Sals. Il prit la tête de la société en 1980 (jusqu'en 2014), créée par son grand-père (Mathias, 1883-1955). en 1929. Cette dernière était établie à Orbey (68). Ses activités comprennent la restauration d'instruments historiques et la construction de nouveaux instruments mécaniques. Il a construit l'orgue de Notre-Dame de Lourdes (1993). Jean Bourgarel (* 1933) fut apprenti chez Victor Gonzales de 1953 à 1960. En 1962, il créa sa propre société à Moissey, en collaboration avec Philippe Hartmann (1928-2014). La société ferme en 1998. Il travailla sur l'orgue du Temple de Pentemont (1967). Hubert Brayé (* 1965) fut apprenti chez Christian Guerrier à Willer (68). Il a créa son entreprise en 2000, établie à Mortzwiller (68). Ses activités incluent la restauration et / ou la (re) construction d'instruments de différents styles et traction (mécanique ou pneumatique). Il a travaillé à l'orgue de Notre-Dame-de-la-Croix (2010). Pierre Chéron (1914-1999) a fondé une entreprise en 1945 après avoir acquis ses compétences dans l'atelier de Victor Gonzalez. En 1963, il ferme son entreprise (Yves Sévère poursuit son travail) pour devenir artisan indépendant. Il a adopté une approche archéologique de la restauration des instruments historiques, en particulier sur ceux de Clicquot. Saint-François-Xavier - orgue de la chapelle de la Sainte-vierge (1955) Patrick Collon (* 1942) s’est formé en Autriche et en Allemagne. En 1966, il fonda sa propre entreprise à Bruxelles. À partir de 1980, son entreprise s'appelle Manufacture d'Orgues de Bruxelles. Saint-George's Anglican Church (1980) Edmond Costa (1910-1993) fut apprenti chez Cavaillé-Coll et Convers. Il a fondé sa propre entreprise avec Louis Duval en 1938 et a souvent travaillé avec / pour l'entreprise Gonzalez; cette dernière a repris son entreprise en 1972. Il a travaillé sur l'orgue de Saint-Joseph-des-Nations . next